Le compte à rebours a-t-il commencé pour la Fed ?

31 mai 2021

matières premières | métaux | cuivre
Monthly House View - Juin 2021 - Télécharger ici

Si l’on s’en tient aux dernières publications officielles, la Réserve fédérale américaine (Fed) a encore un peu de temps devant elle, le récent rapport de l’emploi américain montrant une stagnation dans la création de postes au mois d’avril. Cela pourrait a posteriori justifier la priorité donnée par Jerome Powell à l’emploi plus qu’à l’inflation pour fixer sa politique monétaire.

Mais si l’on se penche sur l’inflation américaine du mois d’avril, nous serions déjà au plus haut en termes d’évolution mensuelle de l’inflation depuis plusieurs années, même en retraitant l’effet de base liée à l’énergie, ce qui relance inévitablement et a minima la question de l’arrêt des achats d’actifs de la Fed. L’inflation anticipée par les ménages est aussi au plus haut, reflétant la forte sensibilité au prix de l’essence à la pompe mais aussi l’inflation présente dans de nombreux segments des biens de consommation. Tout ceci justifie que l’on reparle dans les prochains mois d’une réduction des achats d’actifs de la Fed qui pourrait s’engager début 2022 ; mais les taux courts devraient rester à ce niveau jusqu’au début de l’année suivante.

Cette question survient dans une année de croissance très particulière au cours de laquelle une relance coordonnée des principaux pays occidentaux doit contribuer à sortir de la récession et du sous-emploi le plus rapidement possible. Tout est dans ce que « rapidement » signifie : quelques mois ou trimestres aux États-Unis, et sans doute quelques années en zone Euro, dont le plan de relance tarde à se mettre en œuvre. C’est une question importante pour les devises au second semestre : le déconfinement et le plan de relance vont-ils ramener la croissance européenne au niveau de la dynamique constatée aux États-Unis?

Pour autant, augmenter les dépenses publiques n’élève pas le sentier de croissance d’une économie à long terme, elle peut même le dégrader. Sauf si les dépenses portent sur des investissements (infrastructures, digital, éducation...) et s’accompagnent de réformes visant à accroître la produc­tivité de l’économie.

Ce n’est donc pas par hasard que la réponse de l’Amérique de Biden comme celle des Européens mettent l’accent sur les investissements. Il est intéressant de noter que face à ce contexte, l’Italie semble vouloir profiter de cette phase pour engager des réformes de structures destinées à améliorer une productivité dont la dynamique demeure en retrait de celle de ses voisins européens.

Faut-il cependant craindre un tour fiscal en 2022, après une année 2020 très monétaire et une année 2021 marquée par la relance budgétaire? Il serait logique d’anticiper en tout cas que le taux d’imposition sur les sociétés (qui a fortement reculé au cours des quatre dernières décennies) remonte pour contribuer au financement de ce retour en grâce de l’État providence pourfendu dans les années 80. C’est en substance le sens du propos de Janet Yellen au dernier sommet du Fonds monétaire international (FMI). Le challenge sera de trouver un équilibre durable du mode de financement des États dans une économie de plus en plus duale à mesure que la disruption digitale s’amplifie.

Une chose semble certaine : les États ne pourront pas durablement accroître leurs dépenses et en même temps continuer de baisser les taux d’imposition, sauf à mettre en danger leur trajectoire de retour aux équilibres. La croissance potentielle et l’innovation restent donc les objec­tifs à long terme de ces plans, et la trajectoire de croissance de 2022-2023 sera probablement l’épreuve de vérité de ces plans de relance.

Dans ce cadre, au-delà du rebond des valeurs Cycliques et Value qui devrait se poursuivre cette année, la croissance schumpéterienne1 pourrait à nouveau dominer la croissance keynésienne2 et les investisseurs pourraient à nouveau continuer de privilégier les pays et acteurs axés sur l’innovation et la croissance durable, peut être au détriment des secteurs Cycliques et des pays dont le modèle de croissance repose trop fortement sur l’accumulation de dettes. Passé ce rebond cyclique qui devrait s’élargir à l’ensemble des pays au second semestre, nous pourrions retrouver davantage de divergence l’année prochaine.

 

1- Croissance schumpéterienne : modèle de croissance caractérisé par la mise en avant du progrès technique et des gains de productivité.
2- Croissance Keynésienne : modèle de croissance caractérisé par l’interventionnisme de l’État via l’implémentation de mesures de relance contra cycliques afin de soutenir la demande lors de replis non désirés de l’activité
.

 

Information importante

Monthly House View, paru le 25/05/2021 – Extrait de l'Editorial

31 mai 2021

À lire aussi

électricité | énergie

Coup de grisou sur le marché du gaz naturel et crise énergétique

pétales | rose | fleur | plante |nature | nénuphar

Normalisation, vraiment ?

sable | bleu | vagues | coquillages | plage | mer

Prospérité commune: convergence ou divergence entre Est et Ouest ?